Grâce à la méthode dite de "cyanuration en tas", un taux de récupération moyen de 85 % fut obtenu. nécessaire]. L'exploitation aurifère a de nombreux impacts indirects. [réf. Les aides à la re-végétalisation ont donné depuis les années 2000 des résultats encourageants[réf. Il est très soluble dans l'eau mais est cependant rapidement détruit par les U.V. On parle là de quantités gigantesques, quand la teneur du site en or est estimée à 1,8 gramme d’or par tonne de roche et de terre. Le processus industriel développé par Nordgold implique l’utilisation de solutions cyanurées, explique Thibaud Saint-Aubin, président d’ISF SystExt. La dernière modification de cette page a été faite le 27 février 2021 à 20:59. « Ce n’est pas là le problème », arrête d’emblée Harry Hodebourg, président de l’association Maïouri Nature Guyanne et porte-parole du collectif Or de question. La Guyane recèle un potentiel aurifère important. Le sérum mis au point par l’institut Gamaleya de Moscou est entré dans la procédure d’... Télévision. Elles en retrouvent parfois amalgamé à l'or en exploitant d'anciens chantiers (on parle de "repasse") et le sol en contient naturellement beaucoup plus que la moyenne planétaire[16]. Ces exploitations ont débuté officiellement en 1857 avec la production de 11 kg d’or par la Compagnie Aurifère et Agricole de l’Approuague. L'entreprise a annoncé avoir obtenu de la commune une autorisation pour utiliser le procédé de cyanuration et envisager une unité pilote à pilote à Remire-Montjoly avant « mise en œuvre d’unités industrielles de plus grande capacité directement sur les sites miniers »[10]. Il est toxique à très faible dose à la fois pour les cellules animales et végétales, en bloquant le processus de respiration. Le ratio d’emplois indirects créés aurait, selon lui, été calculé au regard de l’expérience de Nordgold au Burkina Faso, où le groupe exploite deux mines. Mosnier, E., Carvalho, L., Mahamat, A., Chappert, J. L., Ledrans, M., Ville, M., ... & de Santi, V. P. (2015). De 1857 à 2009, ce sont plus de 215 tonnes d’or alluvionnaire qui ont été produites (hors production clandestine) pour une production d’or primaire d’une vingtaine de tonnes. Pour Gauthier Horth, «il nous faut développer la filière artisanale de l’exploitation de l’or primaire. Elle a connu une phase de découvertes et d’exploitation assez intense entre 1856 et le début du XX e siècle, puis l’activité a lentement décliné à partir de la Première Guerre mondiale pour devenir quasi anecdotique après les années 1950. Grasmick, C., Cordier, S., Fréry, N., Boudou, A., & Maury-Brachet, R. (1998). COL03-04: Épidémie de grippe et shigellose dans un camp d’orpaillage, Guyane Française, mars 2013. ou alluvionnaire, en paillettes ou pépites d’or libre beaucoup plus faciles et moins couteuses à exploiter. Depuis mars 2008, une opération d'envergure est enfin menée sous le nom d' « opération Harpie », et commence à porter ses fruits. L'Office national des forêts a estimé fin 2005 qu'en Guyane 1 333 kilomètres de cours d'eau étaient directement impactés par les chantiers miniers, principalement illégaux, et 4 671 km de fleuves et rivières touchés par les pollutions, en aval de ces chantiers. Mercredi 15 Mars 2017 . Mais la tâche à accomplir reste immense pour éradiquer ce fléau. Des rivières et des forêts condamnées par l’activité aurifère illégale : Le massif forestier du Plateau des Guyanes constitue le plus grand massif forestier tropical continu encore relativement intact mais en l’espace de 20 ans, l’orpaillage incontrôlé y est devenu le premier facteur de dégradation environnementale. Numéro spécial publié à l’occasion du 100e anniversaire du Parti communiste français,8,90€ - Format 20x26 - 124 pages - Dos carré collé. La législation de l’UE qui régule l’utilisation du cyanure dans l’industrie minière a créé un cadre qui assure que son utilisation dans le traitement des minéraux est sans danger et que les risques pour la santé des individus et pour l’environnement sont contrôlés. L'or guyanais (et surinamien) est diffus et présent en faible quantité dans les couches superficielles de latérite et de saprolite. l'exploitation aurifère dans ce département français. Rapport BRGM/RP-60760-FR, 120 Le renouveau del’activité aurifère 15 1˚)Un second cycle de l’or 15 2˚)Des opérateurs diversifiés 17 3˚)L’extension des zones concernées 19 B. L’intensification de l’extractivisme aurifère est une aberration, estiment-elles, quand en 2016, 30 000 tonnes de minerai doré dormaient dans les banques centrales internationales, soit 20 % de tout l’or du monde qui n’était utilisé ni pour l’industrie, ni pour la joaillerie. Le procédé au cyanure (aussi dit « procédé par cyanuration ») est devenu le plus utilisé au monde. sont fortement, voire entièrement, liées à ces « grandes époques » de l’exploitation aurifère. Prévue à la frontière de deux réserves biologiques intégrales – celle de Lucifer et celle de Dékou-Dékou –, ses dimensions sont, dit-on, titanesques et pourraient faire prendre un nouveau virage à l’industrie guyanaise. Développer la production d’or en Guyane passe par l’accès aux gisements d’or primaire. Disparition. Les perspectives avancées par les pouvoirs publics et le groupe industriel sont reluisantes. C’est avec l’aide du BRGM et de géologues privés, étrangers parfois que plusieurs gisements potentiels, plus importants et plus profonds ont ensuite été pressentis [2] puis pour certains confirmés. Pour la petite histoire, il s’agit d’un effet collatéral de la série télévisée Guyane, dont le tournage avait mis en lumière le drame de l’exploitation aurifère en Guyane. Les coûts environnementaux et sociaux pourraient, en retour, s’avérer très élevés. Stéphane Guedron To cite this version: Stéphane Guedron. En chauffant l'amalgame, le mercure s'évapore en laissant l'or pur. Télécharger le document du BRGM, Eloge raisonné du Manifeste du parti communiste. Le projet minier Montagne d’or fait en tous les cas fermement causer de lui outre-Atlantique, où la mobilisation se construit pour empêcher sa réalisation. Plus de 70 % [réf. Exploitation aurifère en Guyane. Dans ces zones, les bactéries sulfato-réductrices méthylent le mercure et le rendent plus toxique et très biodisponible. Ces exploitations étant souvent situées dans les lits mineurs ou majeurs des cours d’eau, qui sont aussi des corridors biologiques naturels, elles contribuent à la fragmentation écologique des écosystèmes. Cela nécessitera de tirer des lignes à haute tension sur 120 kilomètres, dont le coût – 60 millions d’euros – sera supporté par la collectivité, poursuivent-elles. Le cyanure est un poison. Il vise à compléter les réglementations existantes obligatoires pour toute société minière. L'exploitation de l'or en Guyane existe depuis le milieu du xix e siècle, essentiellement sous forme d'orpaillage. L’avenir du projet d’extraction aurifère guyanais sera tranché en conseil de... Montagne d’or, vraie concession ou coup de bluff ? Après avoir situé l’or et son exploitation dans leur contexte historique, nous passerons en revue les différentes techniques d’exploitation minière. La Guyane française est riche en or. Les risques industriels, surtout, s’avèrent non négligeables. D’après le rapport IEDOM 2011, « un nombre plus important de puits (exploitant l’or primaire) ont été découverts : 172 en 2011 contre 67 en 2010 ». Ce mercure est susceptible d’être ensuite libéré dans l’atmosphère aux différentes étapes du procédé : des mesures de prévention d’émissions et de récupération du mercure devront être mises en place », « de nombreux trafics d'armes ou de stupéfiants. L'utilisation du mercure est en principe interdite depuis le 1er janvier 2006, au profit de l'« extraction mécanique » qui est seule autorisée pour des opérations d'orpaillage; basée sur des systèmes de récupérations gravimétriques (sluice, trommel, concentrateur, jig, table à secousse, table à vagues, batée). Les exploitations clandestines dans le primaire ne nécessitent pas d'ouverture de grands bassins car ils creusent des galeries. La contrebande de carburants, de médicaments, ou de marchandises diverses est le moyen d'approvisionner les sites où survivent de nombreux immigrés clandestins venus des pays limitrophes ; l'insécurité y règne : vols à main armée, viols, meurtres ; le travail illégal et la prostitution s'y développent ». Opérant parfois aussi de nuit, et sous le couvert des arbres, ils se rendent plus difficile à repérer. Il est finalement repoussé. « On cherche à rendre la mariée plus belle qu’elle ne l’est », reprend Harry Hodebourg, « c’est la seule raison qui fait que la Guyane ne s’est pas encore soulevée ». GUYANE - Mémoires d'un siècle - De la fin du bagne à la relance de l'exploitation aurifère Forme juridique : Société à responsabilité limitée (SARL) Capital : 10 000.00 € Mandataires sociaux : Nomination de M Didier Philippe ELMIRA (Gérant) Date d'immatriculation : 19/01/2013. Pas loin de 25 organisations locales et nationales sont vent debout, rassemblées autour d’un collectif, Or de question, créé le 14 juillet 2016. Ils travaillent donc sous la canopée et sont difficilement détectables par reconnaissance aérienne. C’est Emmanuel Macron, alors ministre de l’Économie, qui adoubera alors le projet, nourri par un consortium transnational formé d’une compagnie canadienne, la Colombus Gold (CoGo), et d’une major russe, la Nordgold, déjà exploitante de 9 mines à travers le monde. Montagne d’or est un projet d’exploitation minière d'une concession aurifère de l'ouest de la Guyane française porté par la Compagnie Minière Montagne d'Or, une coentreprise de la société junior canadienne Columbus Gold, chargée de l'exploration, et de la société russe Nordgold, chargée de l’extraction.. Les orpailleurs illégaux, bénéficiant parfois de la téléphonie moderne et du GPS et/ou encadrés par des réseaux mafieux et armés, se sont faits plus mobiles et discrets depuis les années 1990. B., & Linarès, S. (2009), Moullet, D., Saffache, P., & Transler, A. L. (2006). Peu après Auplata annonce qu'il achète (100 % du capital) la société minière ivoirienne OMCI en Côte d'Ivoire, société portant 2 projets de mine d'or dans le même contexte géologique que celui de la Montagne d'or, mais en Afrique (Mont Goma, près de Séguéla à l'ouest de la Côte d'Ivoire, et à Adzopé près d'Abidjan)[13]. La Montagne d’or accouche d’un sursis. Plus de vingt organisations demandent à ce qu’il soit abandonné. Rosling, H., Mlingi, N., Tylleskar, T., & Banea, M. (1993). Dans ce contexte, les choix d’exploitation de nouvelles zones minières dans la Guyane vénézuélienne, dans le cadre du projet « Arc minier », certes ambitieux mais très contesté, ne font que rendre plus évident le rôle essentiel que joue l’activité minière, et notamment aurifère, dans la lutte menée contre la crise économique que traverse le pays. En effet, la forêt ... et sur l'exploitation aurifère. Le président a aussi promis le déploiement de 1 000 hommes, dont du GIGN, dès la semaine du 17 février 2008, pour une « opération exceptionnelle de sécurisation du territoire ». Ces gisements alluviaux sont exploités par les orpailleurs et de petits exploitants. Montagne d’or, la perspective qui mine la Guyane. Edition numérique du quotidien sur ordinateur et tablette, Tout le site humanite.fr accessible en illimité sur tous vos appareils connectés, La forêt Guyanaise abrite 80/% de la biodiversité française, dont 1 700 espèces d’arbres et 710 espèces d’oiseaux. nécessaire]). Un projet de méga-mine d’or soulève l’inquiétude outre-Atlantique, où l’on redoute accidents industriels et intensification de l’extractivisme. En revanche, la loi doit être appliquée dans toute sa rigueur, notamment lors de la phase d’étude sur l’impact environnemental des projets aurifères. Le mercure libéré par le traitement du sol aux lances à eau, très volatil en climat équatorial et tropical, est également source de pollution de l'air, des brumes, des pluies et de l'eau et des sédiments. Selon le Colonel Danede, commandant de la gendarmerie de la Guyane en 2005 : l'orpaillage illégal suscite « de nombreux trafics d'armes ou de stupéfiants. LA SITUATION DU SECTEUR AURIFÈRE EN GUYANE 15 A. En 2011, dans un panorama de la situation guyanaise, des représentants[9] des entreprises de recherche minière et aurifère en Guyane estiment que si « Iamgold a mis ses activités en sommeil, à la suite de la décision gouvernementale de ne pas autoriser la mise en exploitation du gisement d’or primaire de Camp Caïman » et si pour les mêmes raisons et face « aux difficultés d’octroi et de renouvellement des titres miniers et à la mise en place du projet de Schéma départemental d’orientation minière (SDOM), Golden Star a préféré quitter la Guyane en 2010 » (en revendant ses filiales à Auplata., le contexte est plus favorable à un tel projet que dans les années précédentes comme en témoigne selon eux un accord Auplata-Columbus Gold corp, la continuation des forages exploratoires (par Newmont LaSource SAS « filiale à 100 % de Newmont Mining Corporation »[6]). Le président Nicolas Sarkozy[42] a annoncé devant la Chambre de commerce et d'industrie de Cayenne, pour 2008, un « schéma départemental d'orientation minière et d'aménagement » qui doit « définir le cadre d'une exploitation de l'or respectueuse des richesses de la biodiversité » et « des zones ouvertes à l'exploitation minière […] et des zones interdites à l'exploitation minière », pour « construire une filière exemplaire en Guyane ». Pour répondre à cette demande énergétique, le projet envisage la réalisation d’une centrale biomasse à Saint-Laurent-du-Maroni. La Guyane française est un territoire très riche en ressources naturelles. L'eau issue de la décantation peut être réutilisée en circuit fermé par les « lances monitor ». Sur les sites orpaillés illégalement ils sont totalement détruits : la couche fertile superficielle contenant la matière organique est décapée, et lessivée vers les fleuves ou recouverte de « stériles » (déchets miniers). En mars 2017, ce projet fait l'objet d'une contestation importante par certaines organisations amérindiennes et un collectif de 25 associations locales[41]. La découverte de l’or vers 1850 s’est déjà traduite pendant près d’un siècle par une “ruée vers l’or” et une intense activité d’orpaillage sur une grande partie du territoire. Sera-ce la goutte d’or qui fera déborder la Guyane ? Le préfet de Guyane a reporté le vote sur l’avis portant sur la prolongation... Khaled Drareni : « Il y a une volonté de faire taire les Algériens épris de justice et de liberté », Télétravail : l'urgence d'y mettre des règles, au moment où 36% des salariés disent souffrir de dépression, Le piège de la dette Covid… et sa solution. La Guyane possède une tradition aurifère ancienne. « Nous en avons déjà fait l’expérience au Mali, où d’une méga-mine d’or lancée à Sadiola, on est rapidement passé à deux, puis à quatre. La production de minerais représente 20% du chiffre d'affaire du secteur industriel de la Guyane (117 millions d'euros en 2008). L’exploitation aurifère en Guyane : pour une prise de conscience des dégradations, La Géographie (Acta Geographica), 1517, p. 108-112. Mosso, K., Bohoua, G., & Gnakri, D. (2000). Date de commencement d'activité : 19/01/2013. Cette grappe a été retenue le 21 janvier 2011 par le second appel à projet pour les grappes d’entreprises lancé par la DATAR (sous l'autorité de Bruno Le Maire) comme l'un des 5 projets localisés en outre-mer ; elle rassemble 48 membres (33 TPE, 12 PME, le BRGM, et l'UAG ainsi que la CRCI de Guyane) et vise à développer la « formation, d’optimisation des techniques d’exploitation et de récupération de l’or, de réhabilitation de sites, de valorisation des archives de la mine, d’échanges de technologies, de transfert de compétences pour toute la filière minière »[21]. Le projet est finalement abandonné[8]. française d'exploitation aurifères, lesquelles seront remises au sieur Benoist, en qualité de commissaire avec mission d'en faire l’attribution ou la répartition. Eux-mêmes, et ceux qui les fréquentent, sont régulièrement confrontés à des urgences médicales sur des sites isolés[31], ainsi qu'à des épidémies (paludisme[32],[33], béri-béri[34], grippe[35], shigellose[35], sida et autres maladies sexuellement transmissibles, voire lèpre[36]...). Après avoir décidé d’annuler le projet minier « Montagne d’or » en 2019 en réponse à la pression de l’opinion publique, le gouvernement français a récemment donné un avis favorable sur un nouveau projet d’exploitation aurifère en Guyane, qui verrait le jour en 2025, baptisé « Espérance ».